Thouron, Jacques, Françoise d'Etigny, vers 1783, émail sur cuivre, 6,2 cm / diamètre, Patek Philippe Museum, Genève
   
Bearbeitungstiefe
 
Name
Thouron, Jacques
 
Namensvariante/n
Thouron, Jaques
 
Touron, Jacques
 
Lebensdaten
* 6.3.1749 Genève, † 13.3.1789 Paris
 
Bürgerort
Genève
 
Staatszugehörigkeit
CH
 
Vitazeile
Miniaturiste émailleur, essentiellement copies d'après de grands tableaux à l'huile. Répertorié à Paris à partir de 1770. Clientèle surtout aristocratique. Peintre du comte de Provence, futur roi Louis XVIII
 
Tätigkeitsbereiche
miniature, émail
 
Lexikonartikel Second fils de l’orfèvre Jean-Jacques Thouron originaire de Saint-Antonin en Rouerge qui s’était réfugié en Suisse pour cause de religion, Jacques Thouron entre en apprentissage chez l’émailleur genevois Pierre-François Marcinhes en 1764, pour une durée de quatre ans. Au plus tard à partir de 1770, il se trouve à Paris qu’il ne quittera plus. Il y entre dans l’atelier du miniaturiste genevois Charles-Louis Lœhr, où il rencontre le miniaturiste et émailleur François Favre arrivant de Genève en 1772. Favre et Thouron se lient d’amitié et s’associent aussi professionnellement pour peindre des émaux décorant tabatières, montres et bijoux. En 1775 et 1777, le nom de Thouron apparaît dans les registres des élèves de l’Académie de peinture et sculpture de Paris. Il expose des émaux, copies d’après Rubens, Santerre et Greuze, au Salon de la Correspondance en 1781, et d’autres émaux en 1782. Au début des années 1780, il est nommé «Peintre de Monsieur». De 1779 à 1789, année de sa mort, sa clientèle comprend la haute aristocratie française, les milieux artistique et politique. Il peint les familles d’Orléans, Gramont, Luynes, ainsi que des ministres tels que le comte de Vergennes et Jacques Necker. Thouron meurt au faîte de sa gloire, une semaine après son quarantième anniversaire, «des suites de maladie de poitrine».

Sa mort prématurée contribue à la naissance d’une réputation quasi légendaire confirmée par les critiques qui, dès 1806, le placent au même niveau que Petitot. En 1876, Jean-Jacques Rigaud constate que «Thouron a été, après Petitot, le peintre en émail dont la réputation s’est le plus étendue hors de Genève». Par opposition à la plupart de ses confrères comme Jean-Baptiste Weyler, Pierre-Adolphe Hall et François Favre, il se consacre exclusivement à la miniature sur émail. Cette spécialisation lui a permis de développer une technique impeccable associant un trait de pinceau en pointillé d’une finesse presque imperceptible pour le rendu des chairs à une touche vigoureuse et large pour l’éclat des soies étincelantes. A la maîtrise de la technique, il joint un dessin impeccable et un talent de coloriste hors pair. Néanmoins, comme la plupart des émailleurs, Thouron est presque exclusivement copiste. Il adapte au petit format des tableaux de Jean-Baptiste Greuze, Henri-Pierre Danloux et Elisabeth-Louise Vigée-Lebrun. Sa carrière s'étendant sur moins de vingt années, son œuvre n'est pas abondante. Seuls une cinquantaine d'émaux sont connus des spécialistes qui apprécient ou ont conscience de son génie.

Œuvres: Genève, Société des Arts; Genève, Musée de l’horlogerie; Genève, Patek Philippe Museum; Winterthur, Museum Briner und Kern; Baltimore (MD), Walters Art Museum; Cleveland (OH), Cleveland Museum of Art; Londres, Wallace Collection; Paris, Louvre.

Bodo Hofstetter, 2005
 

Literaturauswahl - Bodo Hofstetter: Die Welt der Bildnisminiatur. Meisterwerke aus der Sammlung Emil S. Kern. Museum Briner und Kern, Rathaus Winterthur. Hrsg.: Peter Wegmann und Freunde der Miniatursammlung E. S. Kern. Bern: Benteli, 2008
- 100 ans de miniatures suisses 1780-1880. Musée historique de Lausanne, 1999-2000. Editeur scientifique: Jean-Claude Genoud en collaboration avec Lucien Boissonnas. Genève: Slatkine, 1999
- Leo R. Schidlof: The Miniature in Europe. In den 16th, 17th, 18th and 19th centuries. Graz: Akademische Druck- und Verlagsanstalt, 1964, 4 vol.
- Henri Clouzot: Dictionnaire des miniaturistes sur émail. Paris: A. Morancé, 1924
Nachschlagewerke - E. Bénézit: Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays par un groupe d'écrivains spécialistes français et étrangers. Nouvelle édition entièrement refondue sous la direction de Jacques Busse. Paris: Gründ, 1999, 14 vol.
- Biografisches Lexikon der Schweizer Kunst. Dictionnaire biographique de l'art suisse. Dizionario biografico dell'arte svizzera. Hrsg.: Schweizerisches Institut für Kunstwissenschaft, Zürich und Lausanne; Leitung: Karl Jost. Zürich: Neue Zürcher Zeitung, 1998, 2 Bde.
- Allgemeines Lexikon der bildenden Künstler von der Antike bis zur Gegenwart, begr. von Ulrich Thieme und Felix Becker, 37 Bde., Leipzig: Seemann, 1907-1950.
- Schweizerisches Künstler-Lexikon, hrsg. vom Schweizerischen Kunstverein; red. unter Mitw. von Fachgenossen von Carl Brun, 4 Bde., Frauenfeld: Huber, 1905-1917.
 
Direktlink
http://www.sikart.ch/KuenstlerInnen.aspx?id=4029495&lng=de
 
Normdaten
 
Letzte Änderung
28.02.2018
 
 



Disclaimer
Alle von SIKART angebotenen Inhalte stehen für den persönlichen Eigengebrauch und die wissenschaftliche Verwendung zur Verfügung.

Copyright
Das Copyright für den redaktionellen Teil, die Daten und die Datenbank von SIKART liegt allein beim Herausgeber (SIK-ISEA). Eine Vervielfältigung oder Verwendung von Dateien oder deren Bestandteilen in anderen elektronischen oder gedruckten Publikationen ist ohne ausdrückliche Zustimmung von SIK-ISEA nicht gestattet.

Empfohlene Zitierweise
AutorIn: Titel [Datum der Publikation], Quellenangabe, <URL>, Datum des Zugriffs. Beispiel: Oskar Bätschmann: Hodler, Ferdinand [2008, 2011], in: SIKART Lexikon zur Kunst in der Schweiz, http://www.sikart.ch/kuenstlerinnen.aspx?id=4000055, Zugriff vom 13.9.2012.